Qui sommes nous?

Ce que nous faisons

Notre équipe professionnelle hautement qualifiée veille à ce que l’ensemble de la communauté de la recherche demeure concurrentielle à l’échelle nationale et internationale en ayant accès à des infrastructures numériques de recherche de qualité, tout en possédant les compétences nécessaires pour les utiliser.

Nos serveurs de calcul, aussi appelés superordinateurs, sont partagés par des milliers de chercheurs et chercheuses au Québec principalement, mais aussi au Canada. Ils sont utilisés pour des recherches en physique, astronomie, génomique, santé et même certains domaines surprenants comme la musique ou la littérature.

Calcul Québec permet un accès à une infrastructure indépendante, hébergée au Québec et qui assure le maintien d’une expertise importante pour le développement économique québécois et canadien.

Nos activités se structurent autours des pôles suivants :

  • Infrastructures et services
  •  Soutien général et spécialisé
  • Formation

Notre mission

La mission de Calcul Québec est de procurer au milieu universitaire ainsi qu’à la communauté de la recherche des environnements informatiques de pointe ainsi que des expertises, afin de contribuer à l’avancement des connaissances dans toutes les branches du savoir et à la formation de personnel hautement qualifié capable d’exploiter efficacement les systèmes informatiques modernes.

La réalisation de notre mission repose sur des équipes distribuées dans différentes universités, près des communautés de chercheur.e.s, dont les actions doivent être coordonnées centralement, pour assurer leur complétude, leur complémentarité et permettre l’identification de synergies possibles.

Une équipe composée d’une quarantaine de personnes réparties dans une dizaine d'universités québécoises.

Près de 4800 utilisateurs et utilisatrices de plus de 1100 groupes de recherche

Plus de 1000 inscriptions à nos 45 ateliers de formations proposées en 2020-2021

Environ 450 utilisateurs et utilisatrices complètent annuellement un diplôme universitaire ou un stage postdoctoral.

Chaque année, plus de 1500 publications de chercheurs et chercheuses du Québec mentionnent avoir fait appel directement à nos ressources

Notre structure

Calcul Québec est une organisation à but non lucratif (OBNL), dont les membres sont des institutions universitaires et des centres de recherche. Nos membres universitaires sont au cœur de notre organisation, tant dans leur rôle dans la gouvernance que dans leur accueil de l’équipe de Calcul Québec .

À titre de partenaire régional de la Fédération Calcul Canada, Calcul Québec collabore avec les autres partenaires régionaux (Compute Ontario, WestGrid et ACENET). Nous travaillons également en étroite collaboration avec la NOIRN pour établir le futur de l’écosystème de recherche numérique au pays. Calcul Québec héberge aussi plusieurs projets de recherche financés par la Fondation canadienne pour l’Innovation.

En tant qu’organisation qui soutient l’innovation et la technologie, nos infrastructures, leur exploitation et noss services à la recherche sont soutenus par le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI). Nous sommes également une plateforme du scientifique en chef du Québec, financée via les fonds de recherche du Québec (FRQ).

Nous sommes un acteur majeur de l’écosystème de l’infrastructure de recherche numérique. Nos activités s’appuient sur l’existence d’une forte interconnectivité numérique de la recherche, développée par le RISQ au Québec, et CANARIE au Canada et à l’international.

L'écosystème numérique de la recherche : comment mieux s'y repérer

Qu’est-ce que le
CIP?

Le calcul informatique de pointe (CIP) est avant tout caractérisé par la nécessité d’avoir recours à une multitude d’ordinateurs, afin de pouvoir résoudre des problèmes d’envergure. Le CIP implique des calculs dont la durée se mesure typiquement en heures ou en jours, sur des dizaines, des centaines, voire même des milliers d’ordinateurs en parallèle. Sur un ordinateur de bureau, ces mêmes calculs prendraient parfois jusqu’à des mois et seraient souvent tout simplement impossibles à faire.
Le CIP implique parfois :
- d’exécuter de très nombreuses tâches indépendantes en parallèle à l’intérieur d’un temps limité;
- il peut aussi s’agir d’appliquer un seul traitement, mais sur de très grandes quantités de données;
- ou encore une combinaison des deux cas précédents, à savoir décomposer un problème complexe en sous-problèmes aussi indépendants que possible pour pouvoir paralléliser sa solution sur un ensemble d’ordinateurs couplés. Ces ordinateurs s’échangeant des données aux fils des traitements, afin de produire un résultat dans un laps de temps le plus court possible.

Qu’est-ce que la
GDR?

La gestion des données de recherche (GDR), ou plus largement la gestion des données, prône la valorisation des données en tant que ressources numériques. En recherche, la valeur des données est de plus en plus reconnue et les agences subventionnaires demandentt maintenant que les chercheuses et les chercheurs mettent en place des plans de GDR. Pour les superordinateurs de Calcul Québec, il s’agit d’un enjeu majeur compte tenu de l’ampleur des volumes de données hébergés. Les bonnes pratiques en termes de GDR doivent inclure la réflexion initiale dans la création d’un plan de gestion de données, la rigueur dans l’utilisation des données actives, ainsi que la mise en place de portails pour le partage et la réutilisation de ces données à la fin de la vie du projet.

Qu’est-ce que
l'IRN?

L’infrastructure de recherche numérique (IRN) regroupe les différents éléments nécessaires à l’utilisation efficiente de la puissance de calcul et des méga données. Outre les supercalculateurs, l’IRN inclut également la réseautique de haute performance, les logiciels de recherche et la gestion des données de recherche. La future IRN québécoise devrait :
- reposer sur des plateformes intuitives et des modes d’accès simplifiés;
- offrir une infrastructure libre indépendantes pour des données sensibles;
- accompagner les chercheur.e.s dans leur gestion des données actives et;
- héberger des outils pour les plans de gestion de données dynamiques supporter le développement de logiciels libres.